JE SUIS LIBRE (réflexion)

(Texte écrit il y a plusieurs années)

À la sortie du travail, j’ai été interpellé par un jeune homme, habillé d’une veste kaki style militaire, trop longue pour lui, une casquette impression camouflage et un pantalon large et distendu. Fatiguée par ma journée de travail, j’étais pressée de rentrer chez moi et, en d’autres temps, il n’aurait probablement pas retenu mon attention. Seulement, alors que je sortais de ma place de stationnement et que je m’engageais dans la rue, je l’ai vu marcher sans se soucier des voitures qui arrivaient derrière lui,. Nonchalant, indifférent au bouchon qu’il provoquait, il avançait sans se retourner ni s’écarter.

Au premier abord, j’ai pensé que ce jeune était un provocateur, lorsque j’ai vu qu’il titubait. Était-il délirant, sous alcool, sous drogue ou sous médicament ? Je n’en avais aucune idée, mais je me suis dis que : CE GARS DEVAIT SE CROIRE SEUL AU MONDE !

Au dos de sa veste militaire, je vis une phrase écrite au feutre noir et en grosses lettres :

VIVRE LIBRE DANS CE MONDE !

Cette inscription comme une revendication, m’intrigua. Et alors que je le doublais au pas, en voiture, j’ai vu son visage, son regard triste et son air… absent.

« Vivre libre...ai-je réfléchi en conduisant… Ce jeune prône et réclame une liberté, qu’à première vue, il n’a pas vraiment trouvé… «

Derrière mon volant, alors que je m’éloignais et qu’il disparaissait de mon champ de vision, je méditais sur son slogan et cela m’irrita : « Ah, c’est sûr ! Il est peut-être libre de ne pas bosser, de ne pas rendre des comptes à qui que ce soit, libre de ne peut-être pas avoir de factures à payer, de devoirs à rendre à personne ou d’obligations envers la société…« 

(Bien entendu, ces réflexions étaient toutes personnelles et ces conclusions n’engageaient que moi).

Son comportement, sa désinvolture, son « j’m’en foutisme » apparent, semblaient dire à ceux qu’il croisait  » j’me fiche de vous et de cette société de merde ! Personne me dictera ma vie ! Je fais ce que je veux, quand je veux ! «  .

Et j’ose l’avouer, cette opposition affichée, cette récusation du système établi, je l’ai perçu comme une rébellion et une dénégation de tous les gens qui essaient de s’en sortir pour vivre et faire vivre les leurs. Et ça m’a fait bouillir. Oui, cette pseudo-liberté revendiquée sur sa veste et à travers son attitude, me ramenait à mes propres obligations et à tous les efforts fournis pour m’en sortir, et spontanément, ça m’a agacé. J’ai eu des sentiments négatifs envers lui, jusqu’à ce que je me dise que le plus libre de nous deux n’était peut-être pas celui qui le prétendait. Sûrement, le plus libre de nous deux, c’était MOI !

Oui, car lui, il n’était pas libre. Lui, il s’était seulement exclu du système. Et ça, ce n’était pas la même chose !

Par-dessus ma colère, je saisissais que la liberté de ce garçon était un leurre et qu’il n’était pas libre comme il devait s’en persuader. Je pensais alors en moi-même : « Mais quel gâchis ! Ce jeune a l’air robuste, et manifestement, il a l’air d’avoir la santé, de ne pas être handicapé….Et quoi ? Qu’est-ce qu’il fait ? Il nous fait croire et nous informe QU’IL EST LIBRE…Il pense nous narguer en nous imposant sa pseudo-liberté, mais c’est à mourir de rire, ou plutôt c’est triste à pleurer…. Il ne voit même pas qu’il est certainement enfermé et prisonnier de son alcool, de sa drogue, de sa misère ou même de sa solitude… Et que sais-je encore… En tout cas j’imagine qu’il est lié par plusieurs choses et doit être incapable de faire quoi que ce soit de constructif et de positif pour lui-même… »

*************

Sans avoir fait Normale sup, je sais que malgré son allure libertaire et sa dégaine « d’anarchiste », tout le monde, même ce jeune, a des obligations que j‘appellerai  » nécessaires  » . »

« Car alors, me suis-je dit, peut-être que pour survivre, boire et manger, il lui faut quémander, grappiller quelques sous de ci de là, toucher les minima sociaux, ou bénéficier d’un moyen ou d’un autre… . Et si donc, tel est le cas, alors IL N’EST PAS LIBRE ! Peut-être aussi est-il sans repère, sans toit et obligé de naviguer de lieu en lieu, d’errer et de chercher chaque jour un endroit pour dormir, s’entretenir, etc… Et une fois de plus, IL N’EST PAS LIBRE ! »

Puis, j’ai songé aux obligations « moins vitales et moins nécessaires », mais qui n’en restent pas moins « essentielles »

« Peut-être, ai-je pensé, qu’il a perdu les siens ou qu’il a rompu les liens avec ses amis, ses proches, ceux qui lui permettaient de se sentir aimé et apprécié. Et donc, toujours PAS LIBRE ! Peut-être a-t-il perdu l’espoir et la joie du ‘lendemain qui est un autre jour. Une nouvelle fois, PAS LIBRE ! Peut-être n’a t-il plus le courage, l’envie, ou même le goût de faire quoi que ce soit de sa vie…et n’est donc PLUS LIBRE ! Peut-être croit-il qu’il ne vaut rien, qu’il n’arrivera jamais à rien, qu’il ne sert à rien et que ce monde n’a rien à lui offrir… pas libre ! Peut-être a t-il perdu toute confiance en lui (au vu son look et de son regard triste), et si c’est le cas… alors il n’est décidément PAS LIBRE DU TOUT ! « 

Et je passe sur les quantités de choses essentielles qu’il perd peut-être, tandis qu’il se croit libre… Par exemple, que fait-il de ce don si précieux qu’est la vie ? Que fait-il de ses talents (parce qu’il en a lui aussi, comme tout le monde) ? Que fait-il de ses particularités ? De ses spécificités ? Malheureusement, j’imagine pas grand-chose...

Quelle tristesse de se gâcher ainsi, de ne pas utiliser les trésors déposés en nous… Oh ! Je ne suis pas du genre à dire «Il n’a qu’à aller bosser» parce que je n’aime pas les phrases toutes faites qui ne tiennent pas compte de l’état intérieur de la personne, de sa situation, de son état, de son passé, de ses douleurs, etc. Et je sais que pour certaines personnes, lutter au quotidien contre ses démons, se battre pour survivre et ne pas sombrer ou se supprimer, peut être très difficile, alors chercher du travail et tenir dans un boulot peut s’avérer « mission impossible ».

****************

En s’excluant de la société, ce jeune n’a peut-être plus ou n’a que peu, la liberté d’aimer et d’être aimé, et je me suis dit que son attitude découlait sans doute « d’un manque d’Amour et de reconnaissance », et que la revendication dans son dos n’est possiblement qu’une manifestation et la résultante du manque dans son cœur. Certainement, il devait souffrir de cette souffrance pernicieuse qui ne se voit pas extérieurement, mais qui consume de l’intérieur… Oui, je sais qu’espérer être aimé et encouragé sans que cela n’arrive jamais ou très rarement, peut être source de douleurs et crée de la frustration, de la colère, de l’amertume, du désespoir et peut conduire à l’emprisonnement de notre âme.

Je n’ai pas la moindre idée de ce qui a poussé ce jeune homme à se définir « comme libre » et à en arriver à cette situation malheureuse, à une vie peu envieuse comme semblait être la sienne, mais je sais qu’il n’a pas découvert le trésor qui m’habite, qu’il n’a pas encore découvert ce merveilleux Père qui me remplit de Son amour et qui comble mes manques. Soudain, j’ai eu compassion pour son âme perdue et j’ai été rempli d’amour pour lui. Puis, j’ai eu à cœur de prier pour lui et de l’amener au trône de la grâce du Seigneur afin qu’il Le rencontre et qu’il trouve enfin la véritable LIBERTÉ !

****************

Et tandis que je me demandais comment il en était arrivé à ce stade d’égarement et depuis combien de temps il s’illusionnait sur sa pseudo liberté. j’ai imaginé que son retrait de la société était probablement bien plus simple, que d’avoir à espérer de l’aide et de la reconnaissance de la part d’un monde qui ne sait plus tendre la main à son prochain et laisse de côté les malchanceux, les isolés, les plus fragiles…. Je me suis dit que c’était triste d’en arriver jusque-là, et j’ai songé aux pauvres, aux malheureux, à ceux qui souffrent, qui marchent dans les ténèbres et se croient libres…

Et mon interrogation fut la suivante  » Combien de personnes hurlent leur détresse et voudraient avoir le droit et le choix de vivre dignement, voudraient être en bonne santé physique ou morale, avoir un corps qui fonctionne parfaitement et ne plus avoir de douleurs ? Combien pleurent et voudraient vivre un jour de plus, ne plus avoir mal, etc. ?

****************

Être libre c’est se laisser guider avec amour et bienveillance, par la main de Celui qui a tracé votre Chemin depuis la création…

CONCLUSION

Une vie ça n’a pas de prix, surtout pour ceux qui vont la perdre, pour ceux qui souffrent dans leur chair ou dans leur cœur, pour ceux qui n’ont plus d’espérance, ni maintenant, ni demain ! Oui, la vie est un bien très précieux dont il faut prendre grand soin !

Êtes-vous réellement libres ? Ne passez pas à côté de votre vie en clamant que vous êtes LIBRES, que vous n’avez ni Dieu, ni maître, parce que si c’est ce que vous croyez, C’EST FAUX ! VOUS N’ÊTES PAS LIBRES ! Il est temps pour vous d’ouvrir les yeux et regarder la réalité en face. Si vous êtes comme ce jeune homme qui se proclame libre et ne l’est pas, il est encore temps pour vous d’accéder à La vraie liberté !

By Christ’in

2 commentaires sur “JE SUIS LIBRE (réflexion)

Ajouter un commentaire

  1. Christ’in, Merci pour votre texte, il est à votre égal, une pépite… Je suis libre parce que j’ai choisi le chemin de la vraie liberté, celle de la source qui emplie le coeur de joie malgré les difficultés, les souffrances. Celle qui aide chaque jour et protège. Qui libère, c’est un choix que j’ai toujours accepté et assumé. Celle de Dieu, le père qui nous donne pour acquis, si on le choisit, la Vie Eternelle de bien-être dans une réelle fraternité avec tous ses enfants… Son fils de par son message, nous libère !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

Jesus is King

Twitters Anonymous

Les faits Plumes

Des enquêtes à pas de loup pour apprendre sur-tout...

lepapillondeslivrescerclerenevigo

Bienvenue dans le blog de France Fougère : Le papillon des livres Cercle René Vigo... et toujours des chroniques sur les livres, les arts,... beauté, mode, théâtre, etc

Le bal littéraire des sardines

Lecture, Lifestyle & flâneries urbaines

Le plaisir d’écrire

L'écriture au service de la foi

Blog de Henri Viaud-Murat

Pour le perfectionnement des saints

foichretiennecom.wordpress.com/

Encourager, partager, bénir

Fiction Chrétienne

Inspirer et équiper les écrivains pour impacter le monde

The Little Laura

Chercheuse de poux, d'or et de vérité

Signé C.

Blog littéraire, amatrice de thriller, policiers, horreur.

Kévin Dreyfus

RECHERCHER, DÉCOUVRIR, PARTAGER

By Christ'in

Auteure chrétienne pour Sa gloire

PEP'S CAFE !

Lire, Ecouter, Voir, Edifier

Lire dit-elle

L'oreille du taureau à la fenêtre De la maison sauvage où le soleil blessé Un soleil intérieur de terre Tentures du réveil les parois de la chambre Ont vaincu le sommeil Paul Eluard

DERNIER ENDORMI

Les notes d'un poète réveillé ne valent pas grand chose. Je ne les donne que pour ce qu'elles valent ; à mes risques et périls. Une expérience de plus. (Jean Cocteau)

By Christ'in

auteure chrétienne... pour TOI

Instants d'Aime

Poésie et textes originaux par Marina Rogard - Un autre regard sur l'amour, une parenthèse de lumière avec des mots qui jouent et dansent avec les coeurs.

Marie des vignes

Smile! You’re at the best WordPress.com site ever

Marie-Anne-Keppers artiste autodidacte multiforme

Peindre, Dessiner, Écrire et Autres ... Créer pour le plaisir de partager mes ressentis, car sentir, c'est vivre !

Le Jardin poétique de Vianney

Glorifiez donc Dieu dans votre corps ! (1 Co 6, 20)

Don de poésie chrétienne

Poèmes sur la guérison de l'âme par l'amour de Dieu

%d blogueurs aiment cette page :