SOLITUDE… (poème)

****

Longtemps, le silence m’a pesé.

Des années, je l’ai détesté !

Sans fin, j’ai cherché à le combler,

Pour ne pas le subir, l’endosser,

Me protéger des noires idées.

Désespérée de mon sort, du manque,

Je sortais les pensées du silence,

Accolées au vide et à l’absence,

À cette carence de l’écoute,

Qui me rappelait ma solitude,

Celle de l’autre, du partenaire,

Celle qu’on subit, qui nous condamne,

Au banc des esseulés, sur la touche.

Solitude trop longue, trop lourde…

Car oui, à un souffle d’oxygène !

Un temps d’exil, une mise à part,

Mais pas à l’isolement qui dure,

Et atrophie une vie muette,

Une vie pauvre et sans partage.

Car au silence lourd de l’aurore,

Quand sur le rien, les paupières s’ouvrent,

Que les prunelles ne voient personne,

Qu’au bruit des peurs, rien ne résonne,

Entre mes quatre murs, un désert,

Dès le matin, en pensée première,

Il me fallait tuer le silence !

L’envie pressante de me remplir,

De sons, d’éclats et de paroles,

Télécommande, téléviseur,

Flux incessant et jusqu’au soir,

Qui nie l’absence, peuple l’espace.

S’anesthésier devant le poste,

S’écrouler, s’endormir et éteindre.

Se coucher dans un lit bien trop large,

Un lit pour deux, mais sans personne.

Oui, j’ai fui les moments de silence,

Jusqu’à ce qu’un jour, Toi Tu t’installes,

Que Tu m’habites, que Tu me parles,

Qu’à chaque moment, Tu m’accompagnes,

Et que chaque nuit, sur moi Tu veilles.

Oui, depuis le jour de la rencontre,

J’ai appris à aimer le silence,

Je l’ai même cherché, provoqué,

Parce qu’il me permet de T’entendre,

De Te prier, de Te percevoir,

De tenter de saisir Tes murmures,

Chaque promesse qui réconforte,

Tes rires, sourires perceptibles,

Tous les battements de Ton Amour !

****

By Christ’in

3 commentaires sur “SOLITUDE… (poème)

Ajouter un commentaire

  1. Ping: Solitude…
  2. Très beau poème-vérité, poème-espérance.
    Tuer le silence ou casser les quatre murs, … ainsi le chemin, l’image du voyage, et la solitude prennent un sens nouveau : la solitude n’est plus la distance mais le « contact avec l’autre quand je ne suis uni à aucun ». Sans solitude, l’homme ne peut ni se retrouver ni être lui-même.
    (Bref extrait de « Inde, 50 Voyages en 500 mots », Dadicoco.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

Sunshine

Ecrire pour changer de vie

D LOBOS

Por decir algo. Pensamiento lunático. Textura poética.

Le Jardin poétique de Vianney

Glorifiez donc Dieu dans votre corps ! (1 Co 6, 20)

Dans la noix de poucette

Illustratrice autrice freelance

Stances d'un verbe poétique

Poésie, romans, fragments de vie

Louisa Treyborac Romancière et autrice

www.linktr.ee/louisatreyborac

Plume Royale

Fiction Identité - Fiction Pureté

Jesus is my King.

Twitters Anonymous

Les faits Plumes

Des enquêtes à pas de loup pour apprendre sur-tout...

lepapillondeslivrescerclerenevigo

Bienvenue dans le blog de France Fougère : Le papillon des livres Cercle René Vigo... et toujours des chroniques sur les livres, les arts,... beauté, mode, théâtre, etc

Le bal littéraire des sardines

Lecture, Lifestyle & flâneries urbaines

Blog de Henri Viaud-Murat

Pour le perfectionnement des saints

Foi chrétienne

Encourager, partager, bénir

Fiction Chrétienne

Inspirer et équiper les écrivains pour impacter le monde

The Little Laura

Chercheuse de poux, d'or et de vérité

Signé C.

Blog littéraire, amatrice de thriller, policiers, horreur.

Kévin Dreyfus

RECHERCHER, DÉCOUVRIR, PARTAGER

By Christ'in

Auteure chrétienne pour Sa gloire

PEP'S CAFE !

Lire, Ecouter, Voir, Edifier

Lire dit-elle

L'oreille du taureau à la fenêtre De la maison sauvage où le soleil blessé Un soleil intérieur de terre Tentures du réveil les parois de la chambre Ont vaincu le sommeil Paul Eluard

DERNIER ENDORMI

Les notes d'un poète réveillé ne valent pas grand chose. Je ne les donne que pour ce qu'elles valent ; à mes risques et périls. Une expérience de plus. (Jean Cocteau)

By Christ'in

auteure chrétienne... pour TOI

%d blogueurs aiment cette page :