VOULOIR LA VÉRITÉ EN FACE (texte de théâtre)

Trois personnages, 2 hommes, 1 femme. Visuellement, la femme est au milieu des 2 hommes. Elle a un air dépité. Elle s’interroge et a besoin de réponses.

=====================================

Femme : J’ai une question.

Interpellés, les deux hommes se mettent en position d’écoute.

Femme : Ma meilleure amie a un sacré dilemme. Elle m’a confié avoir trompé son mari avec un collègue de bureau qui la courtisait depuis des mois et n’arrêtait pas de lui faire des avances. Oh ! C’était une aventure sans lendemain, une erreur de parcours. Oui ! Sauf que depuis ce coup de canif dans le contrat, elle se tourmente. Elle n’est pas bien du tout et regrette d’avoir fauté. Elle y pense sans arrêt. Ce secret la ronge. Elle se sent très mal en face de son mari qui lui fait confiance, mais qu’elle a malheureusement trahi. En ne disant rien, elle a l’impression de le trahir une deuxième fois. Elle l’aime et ne veut pas lui faire de mal. Elle veut encore moins qu’il la quitte pour cette stupide et regrettable incartade. Cette situation la mine et l’empêche d’être en paix. Elle m’a interrogé pour savoir s’il lui fallait avouer la vérité à son mari ou s’il était préférable qu’elle se taise pour préserver leur couple et le préserver lui aussi. Vu que je suis sa meilleure amie et aussi sa seule confidente, elle m’a précisé que ma réponse déterminerait son action. Quelle responsabilité… (Elle soupire) C’est très lourd pour moi. Non seulement, je porte le poids de la bonne réponse sur mes épaules, mais chaque jour elle me presse pour connaître ma réponse. J’ai droit à un coup de fil quotidien pour savoir si j’ai réfléchi à ce qui serait le mieux pour elle, mais à chaque fois je lui dis ne pas savoir et continuer de peser le pour et le contre. Quelle responsabilité… (Elle soupire). Que lui répondre ? J’ai tellement peur de l’inciter à faire le mauvais choix et le regretter amèrement. Comprenez- moi ! Je suis incapable de deviner la réaction de son mari si je l’engageais à lui parler, pas plus que je ne peux prédire les conséquences sur leur mariage si elle continuait à lui dissimuler les choses. Puis je me dis… Et si son mari apprenait cette tromperie par quelqu’un d’autre ? Ou si par inadvertance, les mots lui échappaient à elle lors d’une discussion ou bien dans un rêve sonore, et qu’il s’apercevait qu’elle lui a été infidèle mais qu’en plus elle s’est tue et lui a menti depuis tout ce temps ? Quel coup de semonce ! Pourrait-il l’accepter ? Lui pardonnerait-il ? On dit que  » Faute avouée, à moitié pardonnée » mais on dit aussi que  » Toutes vérités ne sont pas bonnes à dire« . Quelle réponse dois-je lui donner ? Ma réponse pourrait causer la rupture de leur couple. Je n’ai pas droit à l’erreur. D’abord, parce que c’est mon amie depuis toujours, mais aussi parce que son époux est quelqu’un que j’apprécie énormément. Tous les deux sont chers à mon cœur et je n’ai pas envie de les perdre. (Elle soupire de nouveau) Me voilà drôlement embarrassée… Quelle responsabilité… Que lui dire ?

Homme 1 : Elle doit tout lui dire ! (Affirmation face au public)

Homme 2 : Elle ne doit rien lui dire ! (Affirmation face au public)

Femme : Et pourquoi devrait-elle tout lui dire ? (Elle regarde les deux hommes, l’un après l’autre)

Homme 1 : Parce qu’il le faut ! C’est moral et c’est juste ! Elle lui doit la vérité ! Et puis, comme tu l’as souligné, elle prend le risque que son mari ne découvre la tromperie, et que sa blessure ne soit double et encore plus profonde. De surcroît, dire la vérité permettra à ton amie de retrouver son estime de soi et aussi sa paix. Se taire, n’est jamais bon. Elle risque de tout perdre !

Homme 2 : Le risque c’est justement de dire la vérité à son mari ! Si elle lui raconte tout, la confiance entre eux sera brisée et il risque de partir ! Non, il est préférable qu’elle préserve son couple et qu’elle se taise ! Après tout, qui n’a pas son petit jardin secret et sa part d’ombre… Il est très bien que son mari ne soit pas au courant !

Femme : Mmm… C’est vrai qu’en lui disant la vérité, elle va lui faire beaucoup de mal. Il risque de perdre confiance en lui et de ne plus lui faire confiance à elle. Hors, la confiance est tout de même la base principale du couple.

Homme 1 : Si la confiance est la base du couple, le respect en est l’élément essentiel ! Elle ne peut pas s’appuyer sur la peur d’être quittée par son mari pour rester dans le mensonge ! Parce que mentir, c’est s’engluer dans la trahison ! C’est se compromettre ! D’ailleurs, plus elle va s’enferrer dans son mensonge, plus elle se sentira coupable. Elle va en souffrir et, au fil du temps, leur relation de couple va en pâtir. De plus, son mari sera nettement plus blessé s’il s’aperçoit qu’elle a choisi de lui mentir au lieu de tout lui dire. Bien sûr, il ne s’agit pas de lui avouer l’infidélité de but en blanc pour se dédouaner et se débarrasser de son fardeau. Non ! Ce genre de vérité doit se dire dans des circonstances favorables. Au moment opportun. Ton amie devra d’abord tâter le terrain et préparer son mari à recevoir ce type de révélations.

Femme : Et si elle ne lui disait pas l’exacte vérité ? Si elle ne lui parlait que d’un simple flirt sans conséquence, en rajoutant qu’elle regrette d’avoir été aussi faible et qu’elle promet d’être plus vigilante à l’avenir ? Ça pourrait déjà la soulager un peu. Son mari quant à lui, pourrait trouver son attitude respectable et honorable. Il ne l’en aimerait que plus. Ce serait une bonne solution, non ?

Homme 1 : Dire la vérité ou ne pas la dire est une affaire personnelle, mais si on la dit, il faut la dire complètement ! Pas au quart, à demie ou aux trois quarts ! Non, pas de compromis possible ! Aussi terrible soit elle à entendre et aussi difficile soit-elle à révéler, la vérité doit être entière et totale ! C’est seulement à ce prix là que la relation se consolidera et pourra perdurer.

Femme : Et si elle diluait la vérité dans le temps ? Si elle ne révélait les choses que par bribes ? Par petites touches ? Peut-être alors, qu’il digérerait mieux l’infidélité. Oui. Parce que tout lui avouer d’un seul coup, c’est violent. Ça risquerait de l’abattre ou de le mettre très en colère. Et la colère n’est jamais bonne. Jamais ! Je le sais. Je le sais bien. Dans la colère, on prend souvent de mauvaises décisions.

Homme 1 : Plus le mensonge est étalé dans le temps, plus son mari se sentira trahi et pas respecté dans son statut d’époux à qui elle a juré fidélité et loyauté. Au fur et à mesure des révélations, ses doutes augmenteront et sa confiance s’étiolera. Il se questionnera et il pensera qu’elle cache encore des choses. Il se rendra compte qu’elle n’est pas franche, mais qu’elle prend des chemins détournés. Non ! Pas de semi-vérités ! Elle doit être cash et tout lui révéler ! La sincérité est le seul moyen de reconstruire sur de bonnes fondations et de s’aimer sur la durée. Il vaut mieux un bon tremblement de terre une bonne fois pour toutes, que des secousses à répétition qui fragiliseront leur couple et risquent de tout flanquer parterre.

Femme : Que celui qui n’a jamais péché lui jette la première pierre… (Elle hausse les épaules) Ce fardeau lui pèse tellement. Elle s’en veut terriblement et voudrait libérer sa conscience, mais elle a peur qu’il lui fasse payer son erreur. Avoir été cocufié, certains hommes ne peuvent le supporter et prennent aussitôt la tangente. Fait-il partie de ceux-là ? Pourra-t-il lui pardonner ? Je ne le sais pas, ni elle non plus. Il faut la comprendre, elle l’aime. C’est auprès de lui qu’elle veut vivre et vieillir.

Homme 2 : Ben, voyons ! Libérer sa conscience pour se sentir mieux après, c’est un peu trop facile ! Tout balancer à son mari, c’est lui faire porter le poids de sa faute à elle ! Je trouve ça, égoïste et injuste ! Tant pis pour elle si sa bêtise l’embarrasse et lui pèse ! Ce n’est pas à son mari de payer les pots cassés ! Il n’y a pas à débattre là-dessus !

Homme 1 : Ah ça, monsieur ! Il est clair que la conscience est quelque chose qui vous dépasse ! Enfin… Certains ont plus de conscience et de moralité que d’autres… (Soupir d’agacement) et c’est heureux…

Homme 2 : Oh, ça va le moralisateur ! C’est dépassé les discours de bonne morale ! Il y a quelques années, vous m’auriez brûlé sur le bûcher, monsieur l’inquisiteur ! Moi je l’aime le mensonge. Je le trouve utile. Je trouve qu’on en a bien besoin parfois. Le mensonge, c’est la morale de ce monde, monsieur ! Ça permet de l’embellir et du faire du bien aux gens !

Homme 1 : Allez ! C’est ça, on patauge dans la mare aux mensonges (L’homme mine une nage). On nage tranquillement dans les chimères. On se baigne dans la fausseté et on s’embourbe dans le bobard (Il feint de nager à contre-courant). Allez, on plonge dans l’imposture (Il se pince le nez comme s’il mettait la tête sous l’eau). On fait une brasse coulée dans le mensonge qui ne fait de mal à personne et rend le monde plus beau.

Homme 2 : C’est ça, marrez-vous ! Et les conséquences de tout dire ? Vous y songez aux conséquences ? Vous y songez à la détresse de cet homme qui, une fois au courant de l’histoire, va s’imaginer sa femme dans les bras d’un autre ? Vous y pensez à leurs futures relations intimes ? Au regard qu’il posera sur elle ? Au stress et aux doutes qui l’envahiront quand il saura son épouse au travail ou ailleurs, mais loin de lui ? Quand il la verra se préparer puis se faire belle pour sortir avec les copines ? Bonjour l’imagination et salut les soupçons ! Oui ! Parce que même s’il est beau prince et passe l’éponge sur la frasque de son épouse, le doute ne le lâchera pas ! Il aura du mal à l’empêcher de planer autour de lui et d’infecter ses pensées. Hein ? Vous y songez à la suite ? À ce que cet homme va endurer ? À ce doute incessant qui risque de le détruire à petits feux. Hein ? Non monsieur ! Je vous le répète, se taire est la meilleure des solutions ! C’est une chose respectable ! C’est une preuve d’amour ! Une TRÈS belle preuve d’amour !

Homme 1 : Une preuve d’amour ? Je crois monsieur, que nous n’avons pas les mêmes définitions de l’amour ! En revanche, la dissimulation et la fausseté sont des preuves d’irrespect et d’indifférence ! Le diable est un animal à la langue fourchue !

Homme 2 : Qu’insinuez-vous par là ? Que je suis un diable ?

Homme 1 : Nullement monsieur, je dis simplement que vous jouez son jeu. À dire la vérité, cette dame à tout à gagner !

Homme 2 : Mmm… Ou tout à perdre… (Soupir d’énervement)

Homme 1 : Je vous l’accorde. Se livrer et se mettre à nu, n’est pas toujours facile, mais il faut compter sur l’indulgence de l’autre et lui faire confiance. L’autre n’est pas toujours un âne bâté, borné et têtu, (Il se fait des oreilles d’âne avec les mains, puis tape son poing au milieu de son front), renfermé dans ses schémas de pensées. L’autre peut comprendre. Il peut accepter, supporter, pardonner, voire même… oublier. Dans un couple ou avec ses amis, dire la vérité vraie est un acte de Foi. Ne pas le faire, c’est mettre en péril la relation. C’est fissurer les fondations et risquer de voir tout s’écrouler.

Femme : Oh ! Après tout, ce ne serait qu’un tout petit mensonge. Un mensonge par amour. Rien de blâmable là-dedans puisqu’il s’agit de protéger l’autre.

Homme 1 : Mentir, c’est se donner un droit qu’on n’admettrait pas de la part des autres ! N’est-ce pas ? Qui de vous deux, s’en fiche totalement qu’on lui mente ? Même juste un tout petit peu ?

Gênés, l’homme 2 et la femme baissent la tête.

Homme 1 : Vous reconnaîtrez comme moi que personne n’apprécie qu’on lui raconte des cracks ! Personne et c’est bien normal ! Rien n’est plus terrible de savoir qu’on nous a floués !

Femme : Oui, c’est vrai… Mais enfin, il y a mensonge et mensonge. On ne peut pas comparer le mensonge d’un mythomane ou d’un manipulateur, d’un mensonge utilisé par amour et bienveillance.

Homme 1 : Et puis quoi ? Mentir pour faire croire que tout va bien ? Pour laisser l’autre dans ses belles illusions ? L’autre a le droit de savoir la vérité, parce que c’est SA vérité ! Elle lui appartient ! De plus, il n’y a pas de petit mensonge, de mensonge anodin ou de mensonge exceptionnel à situation exceptionnelle ! Non ! Un mensonge RESTE un mensonge ! Point ! Aucune raison, aussi valable soit-elle, ni aucun bon sentiment ne pourront justifier un mensonge ! Et de toute façon, mentir c’est compliqué. Pour ne pas se faire prendre à son propre mensonge, il faut une bonne mémoire pour se rappeler la construction du mensonge. Il faut de l’imagination pour le rendre plausible et, bien entendu, il faut des talents de comédien. Pas facile de cumuler tout ça… C’est créateur d’angoisse. Mieux vaut choisir la vérité qui libère !

Femme : Mmm… Et que faire de notre petite voix intérieure ? 

Homme 1 : Oui ! Tiens, parlons-en de la voix de notre conscience ! Nous sommes tous des « Pinocchio » en puissance. (Il mine son nez qui s’allonge) Et comme lui, nous n’écoutons pas toujours la voix de notre « Jiminy Cricket » (Il tapote sa tempe avec le doigt). Nous l’écartons d’un revers de la main (Il fait le geste) et faisons comme bon nous semble. Nous agissons à notre guise et choisissons de dire ou de ne pas dire. Nous suivons notre instinct, nos sentiments et nos pensées, qui je vous le rappelle au passage, sont tout-à-fait personnels et TOTALEMENT subjectifs. Eh oui ! Nous jugeons de ce qui est bien ou mal au ressenti, à l’émotion, au pif (Il mime de nouveau son nez qui s’allonge). On juge de notre propre chef sans nous soucier le moins du monde de l’opinion des autres ni de leur capacité à discerner. Sans nous soucier de leur droit de savoir et de penser différemment Mais quel égocentrisme ! Quel égoïsme ! Mais de quel droit ! Alors, oui ! Que cela heurte ou pas vos oreilles sensibles, je proclame haut et fort que TOUTES VÉRITÉS SONT BONNES A DIRE ! Je dirais même mieux ! TOUTES VÉRITÉS SONT NÉCESSAIRES À DIRE ! 

Homme 2 : Vous y allez fort, tout de même !

Homme 1 : Fort ? En vérité, la plupart de nos mensonges ont pour mobile ce que Kant appelait  » L’amour de soi. » Cet amour de soi qui consiste à mentir pour être aimé, et mentir pour garder son honneur ! Mentir monsieur, ce n’est ni plus ni moins qu’être faible et égoïste ! C’est privilégier son estime de soi ! C’est avantager son petit nombril au détriment du respect et de l’honnêteté dus à chacun !

Homme 2 : Vous ne pouvez pas être aussi radical ! Reconnaissez que parfois, mentir soit un bienfait. Que c’est presque une obligation ! Acceptez qu’on puisse mentir pour le bien d’autrui ! Pour son intérêt ! Pour sa sauvegarde ! Pour empêcher les problèmes ! Il y a certains cas où mentir n’est absolument pas quelque chose de mal ! Non ! Bien au contraire ! C’est même une question de bon sens ! Allons, gardons raison, monsieur !

Homme 1 : Non ! Non ! Et non ! Je le répète, rien ne justifie de mentir ! Un mensonge reste un mensonge ! Kant lui-même, refusait toute possibilité d’un droit au mensonge, et ce, même dans l’intérêt d’autrui. Oui ! Parce qu’en y réfléchissant, on ne peut pas faire le bien de quelqu’un ni vouloir son bien, en lui mentant impunément. Lui mentir c’est déjà le mépriser. C’est le juger indigne de recevoir la vérité. Et puis, mentir aux autres c’est aussi se mentir à soi-même ! Personne n’est gagnant dans l’histoire ! Personne !

Femme : Même si le mensonge part d’une bonne intention, il n’est pas si grave ?

Homme 1 : Mentir ou arranger la vérité, n’est jamais bon ! La vérité est un signe d’honneur, qui de toute façon, finit toujours par se savoir et peut être lourd de conséquences.

Homme 2 : Mais enfin, monsieur ! Admettez qu’il y a des vérités préjudiciables !!

Homme 1 : Non monsieur, la vérité est LIBÉRATRICE ! Elle libère l’homme !

Homme 2 : Je ne suis pas d’accord avec vous ! La vérité brute et crue peut détruire tous les espoirs ! Elle peut anéantir ! Parfois, il est nécessaire de laisser les gens dans l’illusion !

Femme Mmm… Est-ce si mal de vouloir garder nos illusions… Nos idéologies… Nos rêves… Nos fantasmes… Nos croyances… Nietzsche disait que  » Parfois les gens ne veulent pas entendre la vérité, parce qu’ils ne veulent pas que leurs illusions se détruisent. » Je crois que je fais partie de ceux-là… Il disait aussi que  » La vie a besoin d’illusions, c’est-à-dire de non-vérités tenues pour des vérités.  » Je suis assez d’accord avec lui. Sans illusion, l’homme meurt et dépérit…

Homme 1 : « Larvatus prodeo« , signifie je m’avance masqué. (Il met ses mains devant ses yeux et avance courbé, puis il se redresse en levant les mains au ciel) L’illusion ne conduit qu’à la désillusion ! (Énervé) L’illusion est un leurre ! Une tromperie dont nous sommes tous les victimes. L’illusion c’est prendre nos désirs pour la réalité. C’est nous comporter comme des enfants alors que nous devrions assumer nos erreurs et regarder la vérité en face comme des adultes que nous sommes ! Oui ! Toute vérité est bonne à dire, indépendamment de la conjoncture et des conséquences, simplement parce qu’on a TOUS et TOUTES droit à la vérité !

Femme : La vérité est ailleurs… Faut-il chercher la vérité à tout prix ? Peut-on vivre sans vérité ? That is the question ? (Soupir

FIN !

By Christ’in (Tous droits réservés)

2 commentaires sur “VOULOIR LA VÉRITÉ EN FACE (texte de théâtre)

Ajouter un commentaire

Répondre à christ'in Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

Sunshine

Ecrire pour changer de vie

D LOBOS

Por decir algo. Pensamiento lunático. Textura poética.

Le Jardin poétique de Vianney

Glorifiez donc Dieu dans votre corps ! (1 Co 6, 20)

Dans la noix de poucette

Illustratrice autrice freelance

Stances d'un verbe poétique

Poésie, romans, fragments de vie

Louisa Treyborac Romancière et autrice

www.linktr.ee/louisatreyborac

Plume Royale

Fiction Identité - Fiction Pureté

Jesus is my King.

Twitters Anonymous

Les faits Plumes

Des enquêtes à pas de loup pour apprendre sur-tout...

lepapillondeslivrescerclerenevigo

Bienvenue dans le blog de France Fougère : Le papillon des livres Cercle René Vigo... et toujours des chroniques sur les livres, les arts,... beauté, mode, théâtre, etc

Le bal littéraire des sardines

Lecture, Lifestyle & flâneries urbaines

Blog de Henri Viaud-Murat

Pour le perfectionnement des saints

Foi chrétienne

Encourager, partager, bénir

Fiction Chrétienne

Inspirer et équiper les écrivains pour impacter le monde

The Little Laura

Chercheuse de poux, d'or et de vérité

Signé C.

Blog littéraire, amatrice de thriller, policiers, horreur.

Kévin Dreyfus

RECHERCHER, DÉCOUVRIR, PARTAGER

By Christ'in

Auteure chrétienne pour Sa gloire

PEP'S CAFE !

Lire, Ecouter, Voir, Edifier

Lire dit-elle

L'oreille du taureau à la fenêtre De la maison sauvage où le soleil blessé Un soleil intérieur de terre Tentures du réveil les parois de la chambre Ont vaincu le sommeil Paul Eluard

DERNIER ENDORMI

Les notes d'un poète réveillé ne valent pas grand chose. Je ne les donne que pour ce qu'elles valent ; à mes risques et périls. Une expérience de plus. (Jean Cocteau)

By Christ'in

auteure chrétienne... pour TOI

%d blogueurs aiment cette page :