UN MONDE NOUVEAU (texte onirique sur le Ciel)

Précédé de Luc, Le Messager emprunte une des somptueuses entrées faites de pierres précieuses. Il passe par la porte de jaspe qui laisse filtrer la lumière venant de l’intérieur et qui est gardée par deux Kéroubîms ailés brandissant des épées de feu. Au-delà de la muraille, une ville d’or et d’argent parée de splendeurs, baigne dans une surprenante lumière. Luc a la sensation de pénétrer un monde nouveau. Un monde digne des grands romans fantastiques. « Radieuse, sublime, étonnante, ineffable, inénarrable, indescriptible et indicible », sont les adjectifs qui viennent à l’esprit du garçon pour qualifier cette incroyable mégapole. En comparaison, les beautés du monde matériel ne sont que de pâles copies sans caractère ni éclat. Aucun mot ne peut décrire la magnificence de ce lieu coloré, traversé d’un fleuve de vie, transparent comme du cristal.

C’est au-delà de tout imaginaire humain !

Cela dépasse l’entendement !

L’éclairage des avenues embrase le ciel alentour et tire des “ah ” et des “oh ” d’admiration au jeune garçon. Harmonieuses et organisées, les rues étincelantes et les places d’or pur à multi-niveaux, dansent et se courbent. Toutes sont bordées de somptueuses demeures composant un ensemble urbain des plus fous et des plus étonnants. Chaque construction rivalise de beauté, de créativité et d’originalité. Face à ces merveilles architecturales qui déploient des trésors d’inventivité et surpassent l’ensemble de la technologie humaine, les habitats sur Terre ne font pas le poids.

Ici, tout a une dimension différente, un aspect différent, une structure différente et une identité spécifique. Dans ce nouveau monde, pas de murs fixes, basiques ou uniformes, mais des façades ondulées et ondulantes. Pas de couvertures d’ardoises, de toits de chaume ou de tuiles rouges familières, mais des toitures ouvertes et rétractables. Pas non plus de bâti rectangulaire ou carré, mais des formes uniques et singulières.

Partout où les yeux de Luc se posent, l’ingéniosité s’accorde à l’audace. Ici, une maison placée au sommet d’un arbre immense aux allures de platane. Là, un palais arc-en-ciel à péristyles et vitraux, flottant dans l’espace puis changeant de contrée au gré de ses envies. De ce côté-ci, une résidence musicale en forme d’orgue majestueux et habitée de merveilleuses symphonies. Sur cet autre côté, une demeure en forme d’œuf à facettes miroitantes, percée de centaines d’hublots mouvants. Un peu plus loin, une grande bâtisse circulaire pareille à une coque de Bernard l’Hermite, tournant sur elle-même et offrant un panorama à 360°. Dans son sillage, une maison navire pourvue de chatoyantes ailes de nacre et voguant dans les airs. À quelques mètres, en direction de l’Est, une structure hyperboloïde ; un assemblage de bulles de cristal montées en colonnes et atteignant une hauteur vertigineuse. Par là-bas, un habitat fantasque et amusant, similaire à un champignon recouvert de strass et de marbre de Carrare qu’on croirait tout droit sorti d’un conte de fées.

Ici, la perfection est attachée à chaque détail et prend son véritable sens. Alors qu’il traverse ce décor féerique à l’atmosphère bienveillante, Luc est conscient de vivre un moment unique et incomparable.

La ville, semblable à un cube gigantesque, aussi large que haut. Luc s’étonne de sa superficie.

— Wahoo ! s’exclame-t-il. C’est hyper grand ici ! 

— En effet, répond le Messager. 12 000 stades sont ses mesures. Oui, 2 200 kilomètres de base et de hauteur pour être exact. Des proportions parfaites et un volume calculé en fonction du besoin.

— Du besoin ?

— Hé oui ! La cité est vivante et se crée selon les nécessités, renseigne le Messager. Rien ne manque ici. 

Allant de surprises en surprises, Le jeune Luc s’aperçoit que ses capacités sensorielles sont décuplées et qu’il a la parfaite connaissance de tout ce lui l’entoure. Et rien ! Absolument rien n’est trop loin ou hors de sa portée intellectuelle. Ses facultés auditives, visuelles ou mentales sont éminemment plus développées qu’à l’ordinaire. Sa vue est parfaite et nettement supérieure à celle d’un aigle. Au summum de l’acuité, sa vision fonctionne comme un zoom surpuissant. De fait, aussitôt que son regard est attiré par quelqu’un ou par quelque chose, son focus fait s’éloigner ou se rapprocher à volonté, le sujet visé. Ainsi, en calculant une distance d’un simple clignement d’œil, il lui est possible de distinguer des montagnes éloignées de plusieurs kilomètres, et des contrées reculées, inaccessibles à l’œil nu. Son intelligence est aiguisée à l’extrême, en sorte que dès qu’une question s’impose à lui, la réponse parvient aussitôt à son esprit. Sans l’avoir jamais vu avant, il connaît la fonction et la personnalité de chaque objet, de chaque plante et de chaque espèce. Ce qu’il voit dans le lointain se déplacer, puis se mouvoir, courir, ramper et s’élever dans les airs, Luc ne le détermine pas en tant qu’animal, étant donné la physionomie, la teinte et le déplacement à l’opposé des animaux bien connus du garçon.

 » Tout est si parfait…, songe-t-il happé par cette vision de rêve. Si… si dingue ! »

Pré vallonné. Pré d’herbes fraîches. Eaux paisibles…

Cette nature accueillante, diversifiée et prodigieuse, rajoute de la magnificence à la cité. Tout est si incroyablement beau, qu’en tant qu’observateur, le jeune Luc n’a pas de mots pour exprimer son enthousiasme. Les superlatifs lui font défaut et, c’est bouche bée qu’il se nourrit du lieu.

— Entrons dans ce jardin, lui propose Le Messager en ouvrant une colossale grille dorée. Je l’ai spécialement préparé pour mon peuple.

Derrière le portail pharaonique, le décor est incroyable ; inégalable. Méconnu et à l’opposé de tout ce qu’il a déjà vu, le paysage apparaît toutefois à Luc, comme étonnamment familier. Tel le tableau d’un grand artiste, la végétation explose de milles teintes. Luxuriante et féconde, elle s’enlumine de couleurs inédites et irréelles. Des couleurs qui dévoilent une palette de nuances extravagantes, complexes et abondantes. Ainsi, les pastels singulières s’allient à de prodigieuses carnations et à d’incomparables pigments.

Et que dire des odeurs étourdissantes ? 

Subtils, capiteux et envoûtants, les arômes y sont multiples et délicieux.

Rien ne manque sur la toile du Maître d’art et rien n’est en trop ! C’est ainsi que pour sublimer l’œuvre du Créateur des créateurs, les oiseaux chamarrés piaillent allègrement puis volettent de-ci de-là, tandis que de magnifiques formations aux ailes diaphanes dessinent des arcs en ciel sur la voûte éthérée.

Pure félicité !

Et partout des fleurs. Des fleurs dispensant de douces vibrations qui deviennent couleurs, puis s’inversent dans un délicat concert. Tout est si joli, si coordonné, en parfaite harmonie… Les bourgeons participent à cette incroyable symphonie. Au rythme des notes, ils ouvrent et ferment leurs pétales immatures, et dans leur gestation, collaborent à la magnificence du jardin botanique.

Au gré d’une brise légère, les feuilles des arbres se balancent doucement, abritant de beaux fruits aux formes méconnues. L’herbe haute et grasse, aussi régulière et épaisse qu’une moquette de laine vierge, est gorgée de chlorophylle bleue turquoise.

— Je peux ? demande le garçon désireux de toucher le gazon uniforme.

— Tu peux tout !  informe Le Messager. Tu es chez toi !

Luc s’accroupit et, d’une main délicate, il caresse le tapis végétal. Sa texture a un moelleux supérieur à un épais velours. Les brins d’herbe vibrent et frémissent dans le creux de sa paume. Il frissonne de plaisir puis retire ses sandales.

Sous la plante de ses pieds, la vie ! 

Le tapis de verdure ondule sous sa peau, puis la sève monte en lui et le relie à la genèse de l’univers. Bonheur à l’état pur ! Luc se couche dans l’herbe douce et s’étourdit du parfum suave que produisent les fleurs multicolores. Plantes, arbustes ou autres végétaux ; tous sont dotés d’intelligence et engagent le dialogue avec le nouveau venu. Qui aurait pu croire cela ? Converser avec la nature et saisir son langage est ici, chose normale. De manière spontanée, la création s’est branchée sur le jeune garçon et échange avec lui des propos passionnés. Luc est en extase ! Il parle au gazon bavard puis s’étourdit de son odeur en le laissant l’étreindre. À le voir embrasser cette nature à bras le corps, Le Messager rit de bon cœur.

Luc se relève et, pareil à un petit enfant, il sautille et bondit vers les grands arbres fruitiers. Il s’arrête au pied de l’arbre le plus massif, dont les branches sont garnies de sorte d’agrumes en grappe au coloris unique.

— Goûtes-en un, lui suggère le Messager.

Heureux de cette proposition, le garçon en attrape un et croque dedans. Son goût raffiné et sa texture particulière affolent ses papilles gustatives. Les yeux fermés, il se délecte et savoure le jus qui coule dans sa gorge.

« C’est bon, se dit-il. Doux et chaud en même temps. »

— Tu aimes ? s’enquiert Le Messager.

La bouche pleine de ce fruit juteux, le jeune garçon hoche la tête pour signifier son plaisir.

Hum… Succulent, répond-il.

By Christ’in (tous droits réservés)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

Sunshine

Ecrire pour changer de vie

D LOBOS

Por decir algo. Pensamiento lunático. Textura poética.

Le Jardin poétique de Vianney

Glorifiez donc Dieu dans votre corps ! (1 Co 6, 20)

Dans la noix de poucette

Illustratrice autrice freelance

Stances d'un verbe poétique

Poésie, romans, fragments de vie

Louisa Treyborac Romancière et autrice

www.linktr.ee/louisatreyborac

Plume Royale

Fiction Identité - Fiction Pureté

Jesus is my King.

Twitters Anonymous

Les faits Plumes

Des enquêtes à pas de loup pour apprendre sur-tout...

lepapillondeslivrescerclerenevigo

Bienvenue dans le blog de France Fougère : Le papillon des livres Cercle René Vigo... et toujours des chroniques sur les livres, les arts,... beauté, mode, théâtre, etc

Le bal littéraire des sardines

Lecture, Lifestyle & flâneries urbaines

Blog de Henri Viaud-Murat

Pour le perfectionnement des saints

Foi chrétienne

Encourager, partager, bénir

Fiction Chrétienne

Inspirer et équiper les écrivains pour impacter le monde

The Little Laura

Chercheuse de poux, d'or et de vérité

Signé C.

Blog littéraire, amatrice de thriller, policiers, horreur.

Kévin Dreyfus

RECHERCHER, DÉCOUVRIR, PARTAGER

By Christ'in

Auteure chrétienne pour Sa gloire

PEP'S CAFE !

Lire, Ecouter, Voir, Edifier

Lire dit-elle

L'oreille du taureau à la fenêtre De la maison sauvage où le soleil blessé Un soleil intérieur de terre Tentures du réveil les parois de la chambre Ont vaincu le sommeil Paul Eluard

DERNIER ENDORMI

Les notes d'un poète réveillé ne valent pas grand chose. Je ne les donne que pour ce qu'elles valent ; à mes risques et périls. Une expérience de plus. (Jean Cocteau)

By Christ'in

auteure chrétienne... pour TOI

%d blogueurs aiment cette page :