DIEU PEUT UTILISER UN ASCENSEUR POUR NOUS PARLER (témoignage)

La preuve ! 

Il y a quelques années, convertie de fraîche date, j’avais une boutique de décoration intérieure avec un espace salon de thé et petite restauration, le midi, dans le centre-ville de Poitiers, mais j’avais aussi beaucoup de mal à vivre du fruit de mon travail. Les dettes s’accumulaient, les retards de paiements aussi, la clientèle se raréfiait et je devais me rendre à l’évidence… ce projet que j’avais porté pendant quelques années, ne décollait pas comme je l’avais espéré. C’était même plutôt le contraire. Je ne comprenais pas pourquoi les affaires allaient de mal en pis, d’autant plus que maintenant, j’avais le Seigneur dans mon équipe et que, sur les murs de mon commerce, s’affichaient sans honte les versets bibliques 😊. Un pasteur d’une autre église que la mienne venait même y dérouler ses cours Alpha.

Pour moi, il ne pouvait en être autrement, le Seigneur ferait prospérer mes affaires, mes employés (chrétiens pour la majorité) seraient bénis… les autres donneraient leur vie à Jésus, et mes recettes allaient forcément se multiplier. Hélas, malgré mes croyances et ma foi d’enfant toute neuve de l’époque, ce n’était pas le cas. Tout périclitait, mais je n’en faisais pas une affaire personnelle, car mon ambition s’était, de toute façon, transformée à ma conversion. Mon ambition n’avait plus rien à voir avec une revanche sur la vie, un besoin de me réaliser, une aspiration narcissique à me prouver quelque-chose ou à prouver aux autres, etc. Non, depuis que le Seigneur marchait à mes côtés, mon ambition, c’était Lui !

Un soir, usée par le travail et les heures qui s’accumulaient pour rien, fatiguée de chercher des solutions pour redynamiser mon commerce, lui donner un nouveau souffle, dépitée de devoir chaque jour me battre contre les blocages sans finalement pouvoir les résoudre, découragée d’avoir investi beaucoup de temps et tout ce que j’avais d’argent, d’avoir sacrifié ma vie de famille et les moments de qualité, et mis mes enfants de côté au profit de ce travail qui me vampirisait, me stressait et m’appauvrissait, ce soir-là, je me lamentais sur mon sort. « j’étais nulle, j’avais tout raté, tout gâché, etc. ». Et je m’enlisais dans les jérémiades encore et encore. Bien sûr, sans tenir compte du Seigneur qui essayait probablement de m’encourager, de me réconforter, de me rassurer, mais que je n’entendais pas, trop occupée que j’étais à me lamenter sur mon échec.

Ce soir-là, j’avais fermé ma boutique avec une estime de moi au plus bas… Vraiment, au plus bas. Tout le long du chemin, jusqu’au parking aérien où j’avais garé ma voiture, je me plaignais, je disais même au Seigneur, sans lui laisser l’occasion de me répondre, que « j’étais vraiment une bonne à rien, que je n’avais pas été à la hauteur, que j’étais désolée d’être un maillon faible pour l’avancement de Son royaume ». Autant dire qu’à ce moment de déprime, alors que je savais que j’allais devoir liquider mon entreprise dans les prochains mois, j’étais sourde au Saint-Esprit et j’oubliais que le Seigneur était aux commandes de ma vie. Le manque de maturité spirituelle à cette époque ne me permettait pas de saisir pleinement cette donnée. Pour moi, je devais être bénie matériellement, et je ne l’étais pas.

Les larmes aux yeux et les yeux sur mes chaussures, j’avais donc marché dans les rues piétonnes de Poitiers, en maugréant, en fulminant, en m’apitoyant. Puis, j’étais arrivée au parking. J’allais enfin pouvoir rentrer chez moi et continuer de me flageller, mais c’était sans compter sur le Seigneur qui avait deux mots à me dire 😊 et comptait bien me les dire.

Il devait être aux environs de vingt-heures. J’étais seule devant l’ascenseur qui s’était ouvert sans personne à l’intérieur. J’étais entrée, soulagée de ne pas avoir à partager cette montée avec qui que ce soit, lorsqu’un homme était entré à son tour. Un coup œil sur lui et mon opinion était toute faite ! L’homme, en costume de marque, très élégant avec sa mallette en cuir, avait tout l’air d’être un banquier. Je me disais en mon for intérieur qu’il ne devait certainement pas se plaindre de sa réussite. Il était flagrant, au vu de son apparence, que tout allait bien pour lui, socialement et financièrement parlant. Bien sûr, ce constat avait rajouté de l’huile sur le feu de mon désespoir.

« Vous allez à quel étage ? » m’avait-il demandé sur un ton aimable.

D’ordinaire, lorsque je me garais le matin, j’avais toujours de la place dans les premiers étages, mais ce jour-là, j’avais mis ma voiture au dernier niveau sur la terrasse parce que j’avais fait une course le midi et, qu’à mon retour, le parking était plein. La tête de travers et le sourire forcé, je lui avais répondu que j’étais au 6e étage. Ce à quoi il avait répondu de manière improbable et sur le ton de l’humour, « Ah, moi, je vais au 3e étage ! VOUS AVEZ UNE POSITION PLUS ÉLEVÉE QUE LA MIENNE. »

Et là, le choc ! Je dirais même, l’électrochoc ! La révélation !

Alors qu’il aurait pu ne rien dire, ne rien ajouter, de manière tout à fait normale et logique, alors qu’il aurait pu simplement répondre « D’accord », alors qu’il aurait pu, exceptionnellement me dire « Ah, vous êtes tout en haut ! », il m’a dit « VOUS AVEZ UNE POSITION PLUS ÉLEVÉE QUE LA MIENNE. ».

Qui dit ça ? Personne ! Jamais !

Par ces quelques mots, qui pour moi n’avaient rien d’anodins, les ténèbres se dissipaient dans mon esprit embrumé, les écailles tombaient de mes yeux, le voile se déchirait. Instantanément, je saisissais que le Seigneur intervenait pour me rappeler MA POSITION d’enfant de Dieu assis dans les lieux très-hauts. Il me rappelait l’acquisition de mon autorité et de ma puissance en Lui, de ma domination sur toute la création. Il me rappelait mon statut d’héritière de Son royaume, de Ses promesses, de Ses biens. De tout ça, j’en prenais à nouveau conscience, ou tout au moins, je le réalisais comme je ne l’avais jamais réalisé.

L’homme est donc descendu au 3e étage et moi au 6ème. Et je peux vous dire que lorsque je suis sortie de l’ascenseur, j’ai demandé pardon à Jésus d’avoir donné du grain à moudre à ma chair, d’avoir aussi écouté la voix de l’accusateur des frères, de l’ennemi de mon âme, et de m’être fermée à la sienne. Dans ma voiture, j’ai versé des larmes de reconnaissance pour mon Seigneur qui a utilisé quelqu’un, soit ange, soit humain, je ne saurais pas le dire avec certitude… mais Il l’a fait pour me faire du bien, pour me montrer qu’Il entendait mes soupirs, et qu’Il m’a, qu’il NOUS A placé sur une position très haute, par Sa seule grâce.

À moi, à NOUS de ne pas l’oublier…

**********

Psaume 8 : 4-6Qu’est-ce que l’homme, pour que tu te souviennes de lui, et le fils de l’homme, pour que tu prennes garde à lui ? Tu l’as fait de peu inférieur à Dieu, Et tu l’as couronné de gloire et de magnificence. Tu lui as donné la domination sur les œuvres de tes mains, Tu as tout mis sous ses pieds…

Hébreux 2 : 7 Tu l’as abaissé pour un peu de temps au-dessous des anges, Tu l’as couronné de gloire et d’honneur…

By Christ’in

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Site Web créé avec WordPress.com.

Retour en haut ↑

Talitha Koumi Ministry

Talitha Koumi Ministry - de victime à Victorieuse en Jésus - Conférences, séminaires, programmes en ligne

Les Éditions Shadow

L'ombre des choses à venir

Eve Alpi

De l’aventure, de l’humour, et un peu de tendresse…

Le Fictiologue

Julien Hirt - Auteur

Notes & Silence

Zen, Meditation, Conscience

News from Ibonoco

Moments de vie, fragments de textes et quelques notes...

Dans la noix de poucette

Illustratrice autrice freelance

KILOWATT éditions

lire pour voyager, flâner, découvrir, comprendre et vivre ensemble

Fiction Chrétienne

Fantasy, Science-Fiction et romans policiers ayant un arrière-plan chrétien et publiés en français

Taupe Chef

Humour, cuisine et pop culture - un blog BD de Gilderic

Sunshine

Ecrire pour changer de vie

D LOBOS

Por decir algo. Pensamiento lunático. Textura poética.

Le Jardin poétique de Vianney

Glorifiez donc Dieu dans votre corps ! (1 Co 6, 20)

Stances d'un verbe poétique et humour débridé

Poésie, romans, fragments de vie, humour

Louisa Treyborac Romancière et autrice

www.linktr.ee/louisatreyborac

Plume Royale

Fiction Identité - Fiction Pureté

Jesus is my King.

Twitters Anonymous

Les faits Plumes

Des enquêtes à pas de loup pour apprendre sur-tout...

lepapillondeslivrescerclerenevigo

Bienvenue dans le blog de France Fougère : Le papillon des livres Cercle René Vigo... et toujours des chroniques sur les livres, les arts,... beauté, mode, théâtre, etc

Le bal littéraire des sardines

Lecture, Lifestyle & flâneries urbaines

Le plaisir d’écrire

L'écriture au service de la foi

%d blogueurs aiment cette page :